Tsy

Notre regard sur les Tendances

Maison et Objet 2010 part 1

Par Sylvie le mar 26 jan 10

M&O c’est le dernier jour aujourd’hui !

Mais pour moi c’est fini alors que le reste de l’équipe est toujours là-bas en train de souffrir le martyr (la douleur aux pieds est insoutenable ! lisez plus bas vous comprendrez…).

Avant de vous raconter tout ce que j’ai pu voir, découvrir au fil des allées et des stands je me suis dit « quoi de mieux qu’un p’tit debrief pour vous plonger dans l’atmosphère et pour vous faire partager mon expédition ?» 

Maison et Objet 2010

Oui, je parle d’expédition ! (Je dois avoir un côté marseillais bien caché…)

Vendredi matin départ. Réveil 5h30 !!! Aille, déjà là c’est difficile à avaler (grand respect pour ces travailleurs de nuit) et tout ça pour arriver à 10h sur le stand !

Je vous raconte pas la foule à Roissy à la descente du train et la queue pour prendre les tickets de RER. Entre les machines en panne et les étrangers qui essayent malgré tout comment fonctionnent ces petites bêtes on n’est pas sauvé !

Bref, après deux arrêts me voilà Parc des Expositions et là on se noie dans la foule de centaines de personnes qui déboulent de tous les coins. Difficile de se frayer un chemin surtout avec ces satanées valisettes traînées par la populace.

Des jeunes, des moins jeunes, des français, des anglais, des italiens, des asiatiques, des hommes, des femmes, des botoxées (!!!)…. un vrai melting pot.

Et puis, on va dire ce qui est : c’est IMMENSE !

Là je vous apprend rien, vous vous doutez à quel point c’est gigantesque, mais comme pour tout, en vrai ça prend de la perspective !

Première étape : trouver le bon hall. Heureusement, question organisation ils assurent. Dès la sortie du RER vous avez les navettes, les couloirs de passage entre les halls (et chauffés !! un pur bonheur), les panneaux indicateurs dans tous les coins… même une blonde peut s’y retrouver sans GPS c’est pour vous dire !

Une fois arrivée, le travail commence .

stand charvet editions - linge de lit

Pendant deux jours j’ai eu le sentiment d’être sur des montagnes russes.Vous savez, au départ c’est lent, calme, tranquille, on se dit que ce n’est rien alors qu’inévitablement on va se retrouver à un moment ou à un autre la tête à l’envers… Bah là c’est la même chose !

Il y a des moments de grand vide, et puis d’un coup la foule arrive et on ne sait plus où donner de la tête.

On parle français (heureusement), anglais (jusque là tout va bien) mais quand des italiennes viennent vous voir et démarrent la conversation sans se prendre la peine de le faire dans une langue que vous maîtrisez, c’est un grand moment de solitude…

stand charvet editions - lin

Mais un salon comme Maison&Objet c’est avant tout un marathon. Il ne faut pas sprinter sur le départ, sinon c’est sûr on arrivera pas à la fin de la course. Alors autant commencer en douceur, trouver son rythme, se prendre des moments où  on se « repose»  pour mieux redémarrer.

Et surtout, surtout, SURTOUT… il faut prévoir les bonnes chaussures !!

Déjà les hommes souffrent alors qu’ils sont à plat alors imaginez un peu le calvaire que vit une femme accro à ses talons ! Alors quand on n’a même pas une paire de chaussures à raz du sol, forcément le choix est limité. On veut faire sa belle, être présentable devant les clients, les journalistes, les concurrents mais intérieurement on souffre ! Un jour c’est supportable, le deuxième est une horreur ! (je vous passe les détails sur les courbatures du lendemain « Méla, qu’est ce qui t’arrives ? T’es passée sous un train ??»  à peu près oui…)

Bon, faut pas croire que c’était si horrible non plus !

charvet editions linge de lit lin coton

M&O c’est surtout une super expérience.

On rencontre plein de monde, on a la chance d’exposer sur l’un des plus grands salons européens (si ce n’est le plus grand) de notre secteur, on découvre avant tout le monde les nouvelles tendances de la saison prochaine et puis surtout on montre directement nos produits aux clients.

Rien de mieux que de connaître en live leurs impressions sur la nouvelle collection et sur la qualité des produits. Apparemment, chez Charvet on n’a pas trop de soucis à se faire, les compliments étaient au rendez-vous ! (non merci, nos chevilles vont bien ! elles n’ont pas trop enflées, mais c’est gentil de demander)

La suite très vite avec bien plus de photos de notre stand (que de notre stand malheureusement, les photos sont interdites sur tout le salon !!)

 

Maison et Objet J-4

Par Sylvie le lun 18 jan 10

Vendredi c’est le jour J ! Le salon M&O ouvrira ses portes…

dodo2010

En attendant, ici c’est l’ébullition ! Car vous vous doutez bien que tout embarquer d’Armentières pour Paris c’est une vraie expédition.

PLAIDS_02

Les cartons ont pris d’assaut les couloirs et il faut des talents d’acrobate et de contorsionniste pour se frayer un chemin.

Les Charvistes (oui, ça ne veut strictement rien dire mais c’est sympa, non ?) vont et viennent dans tous les sens les bras tellement chargés qu’il est rare d’apercevoir les têtes (si si elles sont là, faut juste bien les chercher) , les voitures se remplissent…

Toile Transat_04

La sieste c'est pas pour maintenant !

Bref, une fourmilière à côté fait office de petite joueuse !

 

Charvet, Clubtex et Architectes de l’urgence

Par Sylvie le mar 12 jan 10

Avant Charvet Editions et sa bande de torchons, de tabliers, de nappes & Cie,il ne faut pas oublier qu’à la base il y a TRP Charvet, cette entreprise centenaire qui s’est spécialisée dans les tissus techniques.

C’est à ce savoir-faire que Clubtex, association qui promeut les entreprises du textile technique, a fait appel pour répondre à la demande de l’ONG Architectes de l’urgence.

tchad3

Cette fondation cherchait dans le cadre de ses actions une solution de toits pour des abris de réfugiés, abris destinés aux familles soudanaises déplacées suite au conflit du Darfour et obligées de se réfugier au Tchad. Le besoin d’améliorer les conditions de logement est donc vital.

Pour répondre à leurs objectifs, Architectes de l’urgence avaient besoin de toiles en textile technique pour le toit, le tout permettant un assemblage par les réfugiés eux-mêmes. C’est dans ce cadre que TRP Charvet a travaillé en collaboration avec Clutex et la fondation en fournissant cette toile de bâche offrant une meilleure qualité de vie à ces familles.

 

Coin Repas

Par Sylvie le lun 11 jan 10

L'estaminette

Je sais pas pour vous, mais ici ça nous donne envie ! Des produits artisanaux, fermiers, il n’en faut pas plus pour nous donner l’eau à la bouche…

L'estaminette Lille

http://estaminette.blogspot.com/

 

Rafa Ortega, le sauveur de ces dames

Par Sylvie le mar 05 jan 10

Une excellente idée pour commencer l’année !

table Culmen Rafa Ortega

Les femmes seront du même avis que moi : ce concept est révolutionnaire ! Non, je ne pousse pas le bouchon trop loin, je ne dépasse pas les bornes des limites (dixit un petit bout de chou devant son poisson rouge Maurice…) car nous avons toutes été confrontées au même dilemme : quand on s’assoit, notre sac à main on le met où ????!!

En voilà une question existentielle…. car notre sac on l’aime, on l’adore, on l’idolâtre, on le vénère, c’est notre meilleur ami. Hors de question de sortir sans l’avoir au bout du bras !

Comme Patrick disait « on ne laisse pas Bébé dans un coin…»  bah là c’est pareil. Notre sac à main on ne le laisse pas n’importe où !

Quatre possibilités s’offrent alors à nous lorsqu’il s’agit de s’assoir à une table :

- le poser sur nos cuisses mais pas très pratique pour croiser les jambes…

- le poser sur le dossier de la chaise mais attention aux vols, les gens qui passent derrière donnent des coups dedans toutes les 30 secondes, et souvent les dossiers de chaises sont fait d’une telle manière que le sac ne tient pas.

- Si on est au resto ou dans un café le bon compromis c’est de le poser sur une chaise libre à notre droite. Mais dans ce cas il y a toujours l’angoisse d’une personne demandant « cette chaise est libre ?»  et bien sûr, polies et bien éduquées que nous sommes nous n’allons tout de même pas répondre »  ben vous voyez pas qu’elle est prise par mon sac ??!!» . Alors on abdique…

- et dernière solution, la pire de toute : le mettre au sol. Mais là on est toutes d’accord pour dire c’est NON ! Ou alors faut nettoyer le terrain car poser  ça là où le commun des mortels pose ses pieds c’est inimaginable. Et question sécurité on connait mieux surtout (dixit une femme qui s’est fait volée son sac à main alors qu’il dormait tranquillement contre ses pieds…)

Voilà pourquoi je parle d’idée de génie ! D’ailleurs Manuel du blog « le blog Deco»  va même jusqu’à comparer le designer Rafa Ortega à un Zorro des temps modernes, ça veut tout dire !! Avec cette table Culmen, plus besoin de se torturer l’esprit, une encoche est spécialement conçue pour accueillir notre compagnon…